oathbreaker-rheia-album-art

Avec ce troisième album Oathbreaker marque un grand changement dans son style post-black métal / hardcore. L’évolution vient en grande partie de la chanteuse Caro Tanghe qui n’hésite pas à mettre en avant ses immenses qualités vocales, passant du hurlement qu’on connait bien, à des parties claires qui prennent beaucoup plus de place qu’auparavant. L’album commence avec le titre « 10:56 », en partie a capella, intro déroutante quand on connait les albums précédents qui ne laissaient pas vraiment d’espace à ce genre d’accalmie. Dès le deuxième titre « Second Son of R » on retombe en terrain connue et dans les rythmiques sombres et brutales auxquels nous avaient habitué les Belges. Enchaînement sans répit sur ce qui est clairement le meilleur titre de l’album, « Being Able To Feel Nothing » est parfait de bout en bout avec un final qui prend aux tripes.
Tout au long de l’album on explore les démons intérieurs de Caro Tanghe, les paroles et la musique nous plongent dans cette rage qui l’anime et des titres comme « Needles In Your Skins » ou encore « Immortals » ont une puissance rarement vu chez Oathbreaker, avec des parties black métal assez incroyables, toujours portés par cette voix pouvant être sacrément flippante. Certains fans de la première heure pourront être déroutés par des titres comme « Stay Here / Accroche-toi » (beau morceau acoustique) ou encore les atmosphériques « I’m Sorry, This is » et « Begeerte » qui surprennent à la première écoute mais qui participent à planter l’ambiance pesante qui parcours tout l’album.
Vous l’aurez compris, « Rheia » est un album impressionnant par sa maitrise des émotions, par la qualité des paroles et par la multitude d’ambiances qui le compose avec toujours cette rage et cette noirceur qui reste la marque de fabrique de Oathbreaker.